Trail des Vignes : vin & running, l’accord parfait.

untitledA deux jours du trail des vignes il peut être important d’aborder l’accompagnement vin & running sous le meilleur de ses angles. Les articles de santé ou d’athlétisme privilégiant une vie saine associée à la performance expliqueront que le vin et la course à pied sont des frères ennemis, l’alcool réduit les phases de sommeils profonds, déshydrate, perturbe la récupération bla bla bla. Ces articles vous conseilleront d’éviter le traditionnel et convivial apéro la veille d’une course dominicale et de rentrer directement chez vous après la course sans passer par la case buvette où vous attendront accoudés tous vos amis du club désireux de refaire la course. Nous, on vous déconseille de lire ces articles sauf bien sûr si l’athlétisme est votre métier. D’autres articles scientifiques essaient de trouver dans le vin des composants bons pour le runner : l’antioxydant  tyrosol dans le vin blanc est bon pour le système cardiaque, l’acide caféique a des propriétés anti-inflammatoires, le vin rouge riche en potassium, en fer favorise la récupération. Mais franchement est-ce pour améliorer votre fréquence cardiaque maximum (FCM), la récupération, qu’on va boire du vin ? On boit du vin car c’est convivial et parce que c’est bon. Et surtout il ne faut pas voir les méfaits du vin sur la course mais plutôt les bienfaits de la course à pied sur le vin J Des tonnes d’études américaines montrent qu’un petit « run » le lendemain d’une soirée bien arrosée aide à la récupération, 4 séances de running par semaine pendant le mois qui suit les férias de Bayonne aident à retrouver sa silhouette. Les effets sur le moral d’un passage à la buvette après la course ne sont plus à démontrer. Le trail des vignes dimanche prochain conjugue vin et running, convivialité et magnifique parcours. On n’écrit pas qu’il faut remplir sa gourde de la fillette de vin offerte avec le dossard et de trinquer entre coureurs sur le parcours, quoique J, on n’écrit pas qu’il faut s’attarder sur le ravito dans les grottes troglodytes igny-marines, on dit juste que boire ou courir, pas besoin de choisir.

Trail Nocturne 2017, les vidéos : Départ, interviews, Grand Soubis…

Départ de la course

Consignes de Manu aux signaleurs

Interview Clotilde Raclet, première 24 km

Interview Amandine Comte

Interview Sylvie Legoupil

Interview Geoffroy Boucard , premier 24 Km

Interview Christophe Berton, second 24 km

Interview Ludivine Rousseau, 1ère 12 KM

Interview Damien Girard , 1er 12 Km

Interview Romain Massonet, 3ème 12 km

Interview Celine Clément

Passage grand Soubis

8ème édition du Trail Nocturne de la Forêt de Moulières, étoiles et sourires.

P1190869.JPG

Les parcours sont débalisés, nettoyés, rendus plus propres à la forêt qu’ils ne l’étaient avant la course. Cette année, les conditions étaient un peu différentes des autres années, nuit étoilée mais fraîche mais surtout un sol dur nécessitant attention et prudence. Vous étiez 250 au départ, beaucoup d’habitués mais un nombre important de nouveaux coureurs désirant vivre cette expérience unique dans la région. Le départ au crépuscule avait été calculé pour un allumage rapide des lampes frontales. Les monotraces et dénivelés de la forêt ont été privilégiés pour un vrai trail de nuit. Vos sourires à l’arrivée remplaçaient rapidement les grimaces liées à l’effort fourni. En raison d’un calendrier de course chargé, cette année les habituels vainqueurs des éditions précédentes étaient absents ouvrant le podium à de nouveaux noms. Sur le 12 km, les podiums masculins ont été trustés par 3 membres d’une même famille : Damien Girard suivi de son beau-frère Yohan Martin également compagnon de la Clouère puis de son cousin Romain Massonnet. Romain tenait le haut du podium depuis 5 ans mais semble décidé à le reprendre dans 12 mois.  Côté féminin, Ludivine Rousseau du CA Pictave réalisait la première victoire de sa carrière sur notre course, un grand honneur pour nous. 1H00, 5 mn de moins que le chrono visé ! Elle était suivie de Léa Roineau et Mélanie Querioux. Sur le 24 km, dès son arrivée Geoffroy Boucard annonçait la couleur, « je suis plus en forme que l’année dernière, je veux battre mon record ». Son record c’était 1H33 réalisé pour sa première participation en 2016. Ce record, c’est celui du parcours. C’est en 1H30 qu’il a franchi la ligne d’arrivée, 10 secondes de moins par kilomètre. Un nouveau record qui sera compliqué à faire tomber. Le second c’est Christophe Berton de la team Weperf – Sport2000 qui réalise le parcours en 1H46. Christophe a participé aux 8 éditions du trail nocturne, toujours dans les 10 premiers, souvent 4ème. C’est avec un très grand plaisir qu’on lui remettait son trophée grandement mérité. A la 3ème place, Olivier Jeanneau, longtemps en seconde position qui arrive 3 mn après Christophe. Clotilde Raclet de l’AS Vouillé monte sur la plus haute souche d’arbre qui sert de podium en 2 :27 aux côtés d’Amandine Comte et Sylvie Legoupil des Baladins de Jardres.  Le balisage composé de rubalises et catadioptres a été félicité. Aucune perte de coureurs à déplorer ce qui est le plus important pour nous. Vos sourires, remerciements, commentaires nous ont fait chaud au cœur. Votre joie au repas était pour nous le critère le plus important de réussite.

Merci à tous, merci aux RUNNEURS DES VIGNES, aux GALOPINS BAILLARGEOIS, ACDC DESCARTES, LES TROTTEURS DU PINAIL , SPORT EN VILLE BUXEROLLES, CA PICTAVE, HANDICAP 2000, ENTENTE POITIERS ATHLE, AS VOUILLÉ 86, LES COUREURS VAGABONDS, SPIRIDON MELLOIS , COMPAGNONS DE LA CLOUÈRE, STADE POITEVIN TRIATHLON, OF COURSE, LES MILLE PATTES DE BUXEROLLES, US CHAUVIGNY COUREURS DE FOND, LES PTITS MOTEURS, LES FONDUS, LENCLOITRE JOGGING CLUB, FC MONTAMISE FUTSAL, GALOPINS DES BOIS, TEAM WE PERF-SPORT 2000, LA FOULEE ROCHELAISE, TOURS’N AVENTURE, LES BIPEDES DE SAINT-CYR, VIVONNE LOISIR, COURIR DANS CHÂTELLERAULT, LES EQUIPIEDS, RUN EVENT, ,BIRLOU TEAM, BALADINS DE JARDRES, ESCARP’HAIMS, LES GODASSES AMBAZACOISES, TEAM « BOUGEZ CONTRE LA SLA », USMA , MARIE TEAM…

Rendez-vous à la course de l’Automne !

Les premières photos ici

 

Trail Nocturne de la Forêt de Moulière, 5 astuces pour courir la nuit en forêt.

Courir le trail nocturne de la Forêt de Moulière est une expérience inoubliable, on a le sentiment d’aller vite. Les instants où l’on se retrouve seul, dans le silence de la forêt en apercevant le ciel étoilé au-dessus des arbres sont magiques . Pour apprécier cette expérience, il faut cependant respecter quelques règles.nt.png

1)      Avoir une bonne lampe frontale. Avec une mauvaise lampe, le coureur est obligé de se pencher pour analyser le chemin, anticiper les racines, ornières et autres pierres qui jonchent les Sommières de Moulières. Même si les obstacles sont en général bien balisés sur notre course, en se concentrant sur le sol on peut ne pas voir une branche à hauteur de coureur. Avec un mauvais éclairage, la concentration et la vigilance doivent être doublées ce qui peut être fatiguant et paradoxalement faire baisser la lucidité, la progression sera plus lente. Pas besoin d’un modèle cher avec une forte autonomie dédié aux ultra trailers, il faut privilégier un modèle léger mais puissant. Notre partenaire Run & Dunk saura vous conseiller. Bien entendu, pensez à prendre des piles neuves voire des piles de rechange. Frédéric Guérin des Runners des vignes nous confiait avoir débuté un des trails nocturnes de la forêt de Moulière avec des piles usagées et avoir dû terminer la course en se guidant avec l’éclairage des autres coureurs.

2)      S’exercer. Commencer sur des chemins blancs connus, courir à allure modérée pour ensuite commencer à accélérer et puis s’aventurer sur des chemins plus techniques en débutant encore une fois lentement. La vitesse viendra avec l’assurance. Avec le changement d’heure, on peut privilégier une sortie le matin. Courir en groupe au début permet de bénéficier des éclairages des autres coureurs en plus du sien et d’expérimenter la course en groupe de nuit. Il faut s’exercer bien entendu aussi à changer ses piles. Votre notice, une fois dans le noir, ne vous saura d’aucune aide.

3)      Repérer le parcours. La nuit on ne voit pas une côte arriver, la fin d’un chemin. Pour ceux qui ont besoin de doser leurs efforts, anticiper un obstacle, nous vous conseillons d’étudier avant le parcours et son dénivelé. Il sera affiché au départ mais si vous voulez un aperçu dès aujourd’hui : Les traces du parcours 24 km http://www.openrunner.com/index.php?id=5722935 et 12 km http://www.openrunner.com/index.php?id=5716234 Après pour ne pas appréhender une côte, l’obscurité est idéale. Lors du repas d’après course, on a pu entendre une coureuse du 24 s’exclamer « J’ai pas vu le dénivelé » !

4)      Se couvrir. La température baisse la nuit dans la forêt. La forêt de Moulière peut être très humide. Pas de petite laine mais un coupe-vent peut être une bonne protection.

nighttrail.png5)      Se préparer à l’inconnu. La nuit, c’est le réveil pour beaucoup d’animaux. De nouveaux bruits inconnus apparaissent. Les sensations sont exacerbées. Il ne faut pas s’en étonner. Laurent Beauchêne des Foulées Douces nous racontait à côté de la tireuse à bière de la Course de l’Automne l’année dernière « Une nuit lors de l’UTMB de 2006, dans un champ, je voyais des yeux partout qui me fixaient ! !!! Petit moment de panique.  En fait, c’était un troupeau de vaches qui me faisait une haie d’honneur ». Dans la forêt de Moulière pas de vaches mais parfois des biches en guise de public.